histoire

Première approche.  [retour]


Vaste « champs à cailloux », le très vieux village de Spiennes fut habité dès le paléolithique et révéla dans son sol des traces de nombreuses exploitations de silex. Dès 1842, des souterrains d’extraction creusés dans la pierre furent mis à jour et en 1867 lors du creusement de la tranchée du chemin de fer de Mons à Charleroi via Bonne-Espérance, des découvertes importantes furent effectuées : Spiennes se révéla être un des sites les plus caractéristiques en Europe pour la civilisation néolithique (lieudit "camp à cayaux") avec ses puits d’accès aux chantiers d’extraction et ses galeries souterraines. En décembre 2000, les experts de l’UNESCO reconnurent les mines de Spiennes comme Patrimoine Mondial de l’Humanité. Un site internet est consacré à ces mines. A visiter absolument ici.

                             Puit silex

                                   Reconstitution d'un puit d'extraction de silex.

Revenons à l’histoire locale. En 869, le village est cité parmi les possessions de l’abbaye de Lobbes. La Commanderie de l’Ordre de Malte de Saint-Symphorien (voyez ce village) unie à celle de Piéton, y possédait des terres. L’église de Spiennes a été cédée à cet Ordre en 1177 par Monseigneur Allard, évêque de Cambrai. Elle était une dépendance de Saint-Symphorien.

                                Spiennes Ordre de Malte

                                                      Croix de l'Ordre de Malte.

La seigneurie principale a notamment appartenu aux familles d’Espinoy et de Berlaimont.