histoire

La bataille de Saint-Denis de 1678.  [retour]


Le 18 mai 1678, la ville de Mons est assiégée par les troupes françaises. Le maréchal de Luxembourg installe ses quartiers aux Ecaussinnes afin de protéger les assiégeant d’une attaque toujours possible de l’armée de Guillaume d’Orange qui campe non loin de Bruxelles.
Le 14 août, les belligérants s’affrontent au nord-est de Mons entre Thieusies, Casteau et Saint-Denis. Les troupes du maréchal de Luxembourg qui a déplacé son quartier-général dans l’abbaye de Saint-Denis-en-Brocqueroie , font face à celles des alliés venues de Soignies sous la conduite du prince d’Orange. Le vallon encaissé de l’Obrechoeul sépare les deux armées rangées en bataille mais aucune d’elles ne veut perdre sa position en allant affronter l’ennemi installé sur la crête opposée. Les pièces d’artillerie tonnent durant des heures de part et d’autre du vallon. Guillaume de Nassau se décide pourtant à envoyer des troupes au fond de celui-ci ainsi que dans les bois environnants, et à engager le combat à Saint-Denis et Casteau. L’issue de la lutte est incertaine mais les français quittent le champ de bataille avant les Alliés. Aussi les journaux hollandais célèbrent-ils la victoire de l’armée du Prince d’Orange.

Bataille St-Denis gravure

La gravure ci-dessus d’origine hollandaise représente le Prince d’Orange et son état-major occupés à diriger les combats. Des canons hollandais menacent l’abbaye. Des troupes du Prince ont franchi les retranchements construits par les Français, pris le village d’Obourg et encerclé le monastère. La gravure ne représente pas la dénivellation qui existe entre le plateau où se trouve Guillaume III et l’abbaye laquelle, de même que l’église de Casteau, est située dans le vallon creusé par l’Obrechoeul.

Notons pour conclure cette rubrique que le traité de Nimègue signé le 10 août 1678 (soit quatre jours avant les combats) de même que les négociations menées entre les représentants de Louis XIV et ceux de Charles II ont d’avantage contribué à la levée du blocus de la ville de Mons que la bataille de Saint-Denis.

[ Source : Images de Mons en Hainaut du XVIème au XIXème siècles - La Renaissance du livre 2006 ]