divers

La rubrique du Cercle Heraldus de Mons.  [retour]


Heraldus
                                                            www.heraldus.be

Armoiries des villages de Mons. 

Notre Cercle HERALDUS a constaté, avec un certain étonnement, que six des dix-huit villages de l’entité de Mons ne possédaient pas d’armoiries dûment enregistrées. Tel est le cas pour les villages de Ciply, Flénu, Harvengt, Nouvelles, Saint-Symphorien et Spiennes.

Eu égard à l’arrêté du 26 février 1991 de l’Exécutif de la Communauté française modifiant l’arrêté du 8 août 1988 du même Exécutif fixant la procédure de reconnaissance des armoiries, sceaux et drapeaux des villes et des communes, nous avons rédigé un dossier contenant des propositions d’armoiries pour les six villages montois concernés afin qu’il soit soumis, à l’initiative du Bourgmestre de la ville de Mons, Mr. Elio Di Rupo , pour avis au Conseil d’héraldique et de vexillologie de la Communauté française.

Ce  travail transmis au Bourgmestre par courrier daté du 8 janvier 2008 entre dans le cadre de l’objet social de notre Cercle explicité à l’article 5 des statuts de notre asbl : 
« L'association a pour buts l’étude et l’enseignement de la science et de l’art du blason. La recherche héraldique aura pour finalité la découverte dans la mémoire du passé des éléments permettant de mieux comprendre le présent et d’appréhender en connaissance de cause l’avenir. 
Le Cercle HERALDUS pourra, par ailleurs, soit d’initiative soit sur demande, formuler des recommandations utiles en matière héraldique à toute personne physique ou morale de caractère public ou privé ». 

Nous avons, par ailleurs, suggéré à Monsieur Di Rupo d’organiser préalablement à toute procédure officielle une séance d’information des villageois concernés pour laquelle nous nous tenions à sa disposition.
 
Nous pensons que ce projet de dépôt de nouvelles armoiries s’inscrit parfaitement dans l’objectif de « Mons 2015 – Capitale européenne de la culture », si cher au cœur de notre Bourgmestre.

Ci-dessous le dossier concernant votre village.  

DOSSIER.

Rappelons d'abord quelques éléments héraldiques en rapport avec Jemappes, qui engloba le village de Flénu, avant de former une entité avec la ville de Mons.
Jemappes : en 1065, GEMAPIO est GEMAPIA = confluent.
Le prototype de ce nom s'explique par sa situation au confluent de la Haine et de la Trouille.
Le scel échevinal de Jemappes, qui fut en usage du XVIIème au XVIIIème siècle, était un écu composé d'une aigle bicéphale chargée en cœur d'un écusson à quatre lions. La carte du Hainaut élaborée en 1114 attribuait à Jemappes de nouvelles armoiries. Il s'agissait d'un coupé ayant en chef un gironné d'or et de gueules de dix pièces et en pointe, l'azur plain. (PONCELET S.A. H. tome XXXIV, p. 259).
En 1920, un A.R. du 22 mars a repris les emblèmes de l'ancien sceau scabinal de Jemappes : l'écu impérial d'or à quatre lions, deux de sable (l et 4) et deux de gueules (2 et 3) du Comté de Hainaut.

Quant à Flénu :

1. Situation géographique : ce village situé entre Frameries et Jemappes a connu un essor important après le creusement de nombreux puits d’extraction de charbon lors de l’exploitation industrielle du bassin du Borinage.

2. L’origine du nom : le mot Flénu ou Fleenut ou encore Flenut provient du vieux terme roman «Flenne » qui signifie Belette; quant à la désinence« ut », u (utum, etum en latin) elle indique l’abondance. Flénu désigne donc un lieu où abondaient les belettes. Ce petit carnassier n'a pas disparu du territoire, il se confine encore dans les terrils boisés.

3. Histoire : en 1186, sous le règne du comte de Hainaut Baudouin V Le Courageux, le nom de Flénu fut cité pour la première fois sur une liste des Domaines du Pays de Mons.
En 1405, commence l’extraction officielle de la houille par le fonçage de deux trous dans le bois pour le compte des Dames de Mons de cette époque.
En 1452, Flénu devient un fief. Le charbon extrait ensuite par les diverses sociétés charbonnières a reçu le nom de « le Flénu » C'était un charbon gras inflammable (houille à gaz) qui était extrait sous les territoires de Cuesmes, Frameries, Wasmes, Pâturages, Quaregnon et Jemappes. « Le Flénu » doit son nom au fief de Flénu, dépendant autrefois de la juridiction du Chapitre de Sainte Waudru à Mons. Cependant, ce ne sera qu'au XIIIème siècle que cette autorité englobera sous son sceau en même temps Asquillies, Cuesmes, Jemappes, Nimy-Maisières, Quaregnon, Frameries et Quévy-le Grand.
Remarque: le charbonnage « Bonnet et Veines à Mouches », sur le territoire de Jemappes, fut appelé dans l’ancien régime « Bonnet Roy » parce qu'il dépendait de la juridiction des Domaines Impériaux, autrefois domaines comtaux, tandis que le charbonnage du même nom situé sur Quaregnon était appelé « Bonnet-Dames » parce qu'il dépendait du Chapitre de Sainte Waudru (Mémoires et Publications de la Société des Sciences des Arts et des lettres du Hainaut 940, volume 1988 - Mons, Maison Léon Losseau, pages 46 et 41).
Flénu était un hameau industriel de Jemappes et a été appelé le Cœur du Vieux Borinage.
Mécontents de la fiscalité Jemappienne, les dirigeants des houillères introduisirent :
- En 1866, une demande de séparation ;
- En 1868, un arrêté royal faisait de l’église de Flénu une paroisse dont la sainte patronne fut Sainte Barbe, protectrice des mineurs ;
- En 1810, sur proposition du gouverneur, les 2.148 habitants du hameau deviennent citoyens
  d'une commune autonome. C'est ainsi que les gens du Haut et du Bas Flénu, du centre, de 
  Mascaux et Genestrois deviennent des Flénusiens.
- En 1875, le cimetière est construit.
- En 1912, le service postal n'est plus assuré par Jemappes; un nouveau bureau est créé.
- En 1971, le 18 février, lors de la première fusion des communes, Flénu revient dans le giron de Jemappes et forme la ville de Jemappes .Cette dernière a conservé les armes octroyées par  A.R. du 22 mars 1920.
- En 1975, le 17 septembre, la Ville de Jemappes est englobée par la Ville de Mons lors de la seconde fusion des communes.

Proposition :

Nous proposons la reconnaissance d’un blason qui tiendrait compte  de l’histoire
ancienne et proche.
Flénu ayant appartenu des temps immémoriaux au Chapitre de St Waudru, comme de nombreux villages de l’entité, et à l’instar de ceux-ci, associons les trois chevrons du Hainaut ancien (Chapitre de Sainte Waudru) à la croix du chapitre de Saint Vincent. Ceci est d’ailleurs le scel échevinal de Flénu  (voir ACAM T  34/1905.)
La  population de Flénu étant attachée, à juste titre, à un passé proche, il est impératif d’y associé la lampe de mineur et les belettes ( fouines étymologie du nom) comme le montre la sculpture figurant sur le mur de l’école Robert André inaugurée le  20 juin 1964. 

                                        Blason Flénu